Les Membres de la Commission Nationales des Droits de l’Homme, CNDH, renforcent leurs capacités sur les procédures devants les organes régionaux des traités aux droits de l’homme et en alerte précoce.

En tant que pilier fondamentale du système national de protection des droits de l’homme, la CNDH doit être investie des compétences de protection et de promotion des droits de l’homme. C’est dans ce contexte que cette institution d’appui à la démocratie a organisé ce lundi 21 décembre 2020 , en partenariat avec le Réseau  des Institutions Nationales Africaine des Droits de l’Homme (RINADH), et le Bureau Conjoint des Nations Unies (BCNUH), un atelier de renforcement des capacités à l’intention de ses membres,  cadres et agents ainsi que les coordonnateurs  provinciaux et chefs d’antennes sur les procédures devant les organes régionaux des traités aux droits de l’homme et en alerte précoce.

En effet, l’une des missions attribuées à la CNDH consiste entre autres, à enquêter sur tous les cas de violations des droits de l’homme ; orienter les plaignants et victimes et les aider à rester en justice pour toute violations avérées des droits de l’homme.

Pour Monsieur Abdoul AZIZ THIOYE, Directeur exécutif du BCNUH, cet atelier, qui s’inscrit en droite ligne du mandat d’assistance et de coopération technique du BCNUH devra concourir à améliorer la coopération de la CNDH avec les organes de traités régionaux et améliorer le niveau de satisfaction des citoyens porteurs des plaintes et réclamations.

Dans son mot d’ouverture de cet atelier, le Président de la CNDH, Me. Mwamba Mushikonke Mwamus a remercié le BCNUH, partenaire fidèle de la CNDH pour son accompagnement tout en rappelant le mandat de son institution qui cadre avec les objectifs de cet atelier.

A l’issue de cet atelier animé par les experts du RINADH, les membres cadres et agents de la CNDH seront à mesure de répondre aux attentes de la population et être mieux outillé pour l’accomplissement de la mission de cette institution.