CNDH-RDC : Une mission d’évaluation de l’impact de la Mission des Nations Unies au Congo a conféré ce jeudi 15 Avril avec le Bureau de la Commission Nationale des Droits de l’Homme.

 L’insécurité grandissante et les violations massives des Droits de l’Homme à l’Est de la République Démocratique Congo étaient au centre des échanges qui ont eu lieu ce jeudi 04 avril entre le Président de la CNDH, Me. Mwamba Mushikonke Mwamus entouré de Madame le Rapporteur et Rapporteur adjoint avec une délégation des Nations Unies conduite par Monsieur Siva Methil de la division d’évaluation et inspection.

 

Devant ses interlocuteurs, le Président de la CNDH n’a pas caché ses inquiétudes face à la mission dévolue à la MONUSCO. Jadis appelée MONUC, cette mission des Nations Unies n’avait que pour rôle d’observer sans agir, ce qui a entrainé la redéfinition de ses objectifs pour que cette dernière devienne la MONUSCO pour la stabilisation de la paix.

Cependant, le Bureau de la CNDH a confié à ses interlocuteurs que les endroits où la présence de la MONUSCO est très remarquable, sont ceux où règnent l’insécurité et les violations des droits de l’homme, de manière plus accrue ; ce que rapporte la population auprès de la CNDH.   

D’où la recommandation de la CNDH-RDC, de voir le conseil de sécurité des Nations Unies revoir le mandat de la MONUSCO non pas seulement de stabilisation, mais plutôt d’imposition de la paix auprès des forces négatives. Ce nouveau mandat donnera ainsi à cette mission le pouvoir d’agir, dans le sens de combattre aux côtés des FARDC, les troupes rebelles qui sèment la désolation dans l’Est de la RDC.

Très attentifs, les membres de la délégation des Nations Unies ont pris bonne note de toutes les observations et recommandations de la CNDH.